Liberté de penser…… et d'écrire – Julie Tomiris

Tentative d'Etre

S.O.S……La Baleine à nouveau en danger !

Classé dans : Mes Heros de la Planete — 23 janvier, 2010 @ 23:54

Vous trouverez l’action et la biographie de Paul Watson dans les sites indiqués sous la rubrique : liens

  

Image de prévisualisation YouTube

PAUL WATSON

Sea Shepherd Conservation Society        

Écoterroriste ? Passionné ?

Depuis trente ans, il utilise la manière forte contre les baleiniers :

………………..  il les coule !

    

Et encore un navire à son ta­bleau de chasse ! Lundi 12 fé­vrier. le «capitaine» Paul Watson. aidé de son équi­page, éperonne un baleinier nippon au large de l’Antarctique.

Depuis les années soixante-dix, ce Canadien écume les eaux de la pla­nète à la recherche de braconniers.

Cofondateur de Greenpeace au côté du journaliste Robert Hunter, il quitte l’organisation en 1977, qu’il juge trop prudente, pour créer son association écologique, la Sea She­pherd Conservation Society.

Pre­mier coup d’éclat la même année, quand il entraîne Brigitte Bardot sur la banquise canadienne de New­ foundland pour la sensibiliser au massacre des bébés phoques. Sa­bordages de bateaux, récompenses pour les personnes qui aideraient à localiser les baleiniers, bombage de phoques à la peinture rose indé­lébile pour rendre leur fourrure in­vendable, destruction de filets dé­rivants…

Paul Watson mise sur la provocation et les opérations com­mando pour lutter contre l’exploi­tation illicite de la vie marine: « Si tu veux arrêter les pirates, tu dois te comporter en pirate.» Et recourt à la médiatisation pour construire sa légende. Celle d’un ancien capi­taine de la marine marchande fas­ciné par les cétacés depuis un re­gard échangé en 1975 avec un cachalot harponné par des balei­niers soviétiques.

« C’est à ce mo­ment-là que j‘ai réalisé à quel point la chasse à la baleine était une fo­lie», raconte-t-il. Celle d’un acti­viste bénévole, dépendant de la générosité des 40000 membres de son association, prêt à tout pour défendre ses convictions. En dépit de nombreuses arrestations, il réus­sit le plus souvent à échapper aux poursuites judiciaires en fournis­sant des vidéos des méfaits perpé­trés par les armateurs.

Sauf en 1997, quand il se voit condamné à de la prison pour avoir coulé un navire norvégien. Qualifié de «terroriste» par les États concernés, Japon en tête, le pirate écolo suscite aussi l’incrédulité, voire l’agacement, chez ses anciens compagnons de route.

«Paul Watson se trompe de cible en s’attaquant aux baleiniers nippons, assène Stéphan Beaucher, responsable de la campagne Océans chez Greenpeace France. Ce sont les autorités japonaises qui sont en cause. Ce sont elles que l’on doit convaincre avec des méthodes non violentes. »

N’empêche, fort du sou­tien de personnalités comme Mar­tin Sheen. Paul Mc Cartney ou Cher, le capitaine Paul Watson continue de donner des conférences à tra­vers le monde sur l’état de la fau­ne marine et de chasser les navi­res illégaux. 

PARCE QU’EN SAUVANT LES BALEINES, explique-t-il :

« NOUS NOUS SAUVONS NOUS-MEMES !!! »

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Dinosaure & Dragons |
toutesmeslectures |
AFRIKANERS Les secrets de V... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Jeunesse Eternelle
| le blog funki de Thaïs
| thibaultlauragais